Patrick Rouxel Réalisateur pour la préservation de l'environnement

Soutenir

REGARDEZ LES FILMS SUR CE SITE ET PARTAGEZ LES AVEC VOS AMIS 

Prenez le temps de regarder les films sur ce site : GREEN et LENDEMAINS PERDUS vous permettront d’apprécier ce qu’il advient de la forêt indonésienne et de sa faune, ALMA vous dévoilera ce qui détruit forêt amazonienne et LA FORET CATHEDRALE vous donnera un aperçu des menaces qui pèsent sur la forêt du Bassin du Congo.

Partagez le lien de ce site avec votre entourage et vos amis. Vous pouvez aussi organiser des projections de mes films dans votre école, université, atelier, lieu de travail, ou dans n’importe quel cadre non-commercial et non-lucratif. Vous pouvez aussi acheter un DVD de GREEN ou ALMA pour cet usage.

Grâce au Professeur Dan Brockington de Manchester University, il y a aussi un site sur GREEN pour les enseignants et les étudiants.

SOYEZ UN EXEMPLE

Une façon d’aider la forêt tropicale est de ne pas participer à sa destruction. Ceci, bien sûr, est plus facile à dire qu’à faire, mais ça reste un objectif que nous pouvons tous tenter d’atteindre. Je n’aime pas dire aux gens ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, alors je me permets simplement de vous inviter à suivre mon exemple si vous pensez que c’est un bon exemple. Voici donc comment j’essaye d’éviter de participer à la destruction des forêts tropicales:

  • J’essaye de ne pas acheter du bois tropical ou tout produit ligneux venant d’Indonésie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud. Parfois la source du bois est cachée, comme dans des articles « made in China » qui sont faits de bois indonésien. Si j’achète du bois, je me limite aux articles portant le label FSC (Forest Stewardship Council), certainement le plus sérieux des labels.
  • J’évite d’acheter des livres imprimés en Chine ou en Asie du Sud-Est, la pulpe du papier venant certainement d’Indonésie. Même les livres pour enfants avec des histoires d’animaux de la forêt et un beau message sont parfois imprimés sur du papier venu de la déforestation.
  • J’essaye d’éviter de consommer de l’huile de palme. Ceci n’est pas chose facile car elle se retrouve un peu partout, mais à chaque fois que j’ai un choix entre un produit avec huile de palme ou un sans, je choisis celui sans.
  • J’évite le biodiesel fait d’huile de palme ou de toute autre matière comestible. Il y a quelque chose de fondamentalement mauvais à mettre de la nourriture dans sa bagnole.
  • J’essaye d’éviter de manger du soja du Brésil, ce qui n’est pas chose facile sachant que le soja, comme l’huile de palme, est exporté à travers le monde pour se retrouver dans toutes sortes d’aliments et sert aussi à nourrir les animaux de fermes. Ainsi, presque toutes les viandes, le poisson d’élevage, les oeufs, le lait et le cuir participent à la déforestation au Brésil et en Indonésie.
  • J’évite de manger de la viande et du poisson. Je suis végétarien depuis l’âge de 17 ans par respect pour le vivant. J’essaye d’être végétalien, mais je n’y suis pas tout à fait encore. Il se trouve que l’industrie de la viande est un des moteurs de la déforestation et du réchauffement climatique, c’est donc une deuxième bonne raison pour ne plus consommer de viande.
  • J’essaye d’éviter les produits laitiers car je trouve l’industrie du lait répugnante : séparer le veau de sa mère, envoyer les petits mâles à l’abattoir, gaver la mère d’hormones afin qu’elle produise toujours plus de lait, lui faire mettre bas un veau par an, un veau qu’elle ne voit jamais, et une fois qu’elle est complètement épuisée, la remercier avec un aller simple pour l’abattoir.
  • J’évite le cuir. Ca va de pair avec le fait d’être végétarien.
  • J’évite d’acheter des produits électroniques dont je n’ai pas vraiment besoin. Ils contiennent tous du coltan (abréviation pour columbite-tantalite) dont l’exploitation détruit la forêt du Bassin du Congo.

Pour être honnête, j’avoue que dans la liste ci-dessus, les seuls produits que j’arrive à ne jamais manger sont la viande et le poisson. Aussi je n’achète jamais de cuir. Mais pour le reste, je fais de mon mieux. De façon générale, j’essaye de limiter au maximum ma consommation personnelle.

Aussi, je n'ai pas d'enfants, ce qui me permet de limiter encore d'avantage mon empreinte écologique, de donner tout mon amour paternel aux oursons orphelins et de me consacrer à temps plein à la protection de l'environnement et des animaux.

DECOUVREZ PLUS SUR LA DEFORESTATION ET LE MAL QU’ELLE ENGENDRE.

Pour mieux comprendre l’impact des industries comme celles du bois, de l’huile de palme, de la pâte à papier, de l’élevage bovin, du soja, du fer, du coltan, de l’or et du charbon, voici quelques sites :

Pour en savoir plus sur le commerce d’animaux sauvages et sur leur exploitation, visitez les sites de :  

Pour en savoir plus sur les peuples indigènes des forêts tropicales, visitez les sites de :

SOUTENEZ LES ORGANISATIONS DEDIEES A LA PRESERVATION DE LA FAUNE DES FORETS TROPICALES

ImprimerE-mail